Le JDD titrait hier, à propos de l’Université  d'été de l’Alliance : « Borloo rate sa rentrée »…C’est sévère, mais pas tout à fait faux.

Un bon point : l’organisation qui, malgré les moyens limités, était tout à fait correcte, et  même davantage,  grâce essentiellement à Christian Debève et à plusieurs  militants de La Gauche Moderne…Bravo !

Pour le reste…La participation d’abord était plutôt faible, autour d’un millier  (et moins de 500 lors du discours de Jean-Marie le dimanche matin), et assez peu enthousiastes.

Un après-midi de débats programmatiques très faibles et sans le moindre intérêt  malgré le talent de J.M. Cavada en meneur de jeu. Même Rama Yade était soporifique. Seul Christian Saint Etienne a dit certaines choses intéressantes, et nos deux représentants Samuel Berthet et Gilles Casanova ont bien tiré leur épingle du jeu…

 Le clou de la journée était le moment des discours de Morin et Borloo, toujours aussi divisés. ( de Charrette, lui, avait tout simplement refusé de venir.)  

Surprise,  Morin a fait un discours remarquable, clair, sans langue de bois et capable de soulever (pour ceux qui y croient) un certain enthousiasme. Borloo a souffert de la comparaison et son discours était ennuyeux, confus, triste, répétant ce qu’on lui a entendu dire 10 fois, sans flamme. Manifestement il n’avait pas travaillé…Ne pas travailler son discours dans une circonstance si importante, autorise tous les doutes quand à sa détermination et surtout son sérieux.

Au-delà de la forme, ces deux discours ont fait apparaître et confirmé  deux différences capitales :

Morin défendait avec talent une conception nettement sociale libérale, alors que Borloo, quand il voulait bien être clair, manifestait un étatisme archaïque…

Autre différence, Morin situait clairement sa candidature éventuelle dans le cadre de la majorité affirmant que c’est avec Sarkozy qu’il s’entendrait pour le 2ème tour, Borloo restait toujours aussi vague sur ce point, justifiant ainsi les craintes que j’ai souvent exprimées de le voir « dealer » avec Hollande et changer d’alliance…

On voit bien que s’il devait y avoir un candidat centriste,  Hervé Morin serait plus acceptable  et moins inquiétant que Jean-Louis  Borloo…Sans doute aussi plus sérieux…

Le lendemain, discours convenu, plutôt sympathique, de Jean-Marie Bockel (Antoine Sfeir avait fait une bonne intervention en début de matinée).

 Une dernière remarque…La disparition de La Gauche Moderne, noyée dans le centrisme,  se confirme (les deux orateurs principaux se sont félicités de la renaissance de l’UDF !). Nous étions nettement moins  de 100 militants sur les 1000 ou 1200 réunis et notre présence n’a en rien marqué cette université (en dehors de l’organisation, comme je l’ai écrit, et d’une ou deux réflexions intéressantes de nos représentants).

Mes craintes se confirment donc, ce qui ne me découragera pas de tout faire, en interne et vis-à-vis de l’extérieur,  notamment  avec mes amis du   « Cercle des Libertés Egales », pour contribuer à redonner force et visibilité aux idées sociales libérales qui sont, je pense, toujours les nôtres, essayer de faire retrouver à La Gauche Moderne son indépendance, tout en revenant à ce qui a justifié son existence : le soutien aux réformes voulues et mises en œuvre par le Président de la République. 

Je garde confiance.

Marc d'Héré