1-      Dans le projet de Nicolas Sarkozy on a peu signalé la proposition de « banque pour la jeunesse» qui permettra à la Nation de se « porter caution » pour les jeunes aux moyens financiers insuffisants,  qui voudront se loger, poursuivre des études supérieures, commencer une formation, créer une entreprise…Le message ainsi lancé à la jeunesse est clair : soyez responsable, prenez des initiatives, choisissez votre destin, la Nation vous y aidera.

 

2-      La « politique de la jeunesse »  lancée par le socialiste Hollande et dont l’annonce a été saluée par des médias  qui ne cherchaient pas  à savoir ce qu’elle contenait, se résume en réalité à des subventions et des emplois parking. Beau moyen de développer chez les jeunes la responsabilité et l’autonomie !  

 

3-      La responsabilité de François Bayrou sera grande au soir du premier tour. S’il choisissait d’apporter son soutien à Nicolas Sarkozy, ce qui serait normal, tant leurs valeurs et leurs objectifs sont finalement proches, la réélection de ce dernier serait quasiment acquise.

 

4-      La  pseudo affaire Karachi (qui remonte à plus de 15 ans et concerne d’abord  J. Chirac),  a été depuis quelques mois curieusement orientée par la « justice » vers Balladur et indirectement vers  Nicolas Sarkozy qui, à l’évidence, n’y est pour rien.   Et voilà qu’un juge  a trouvé semble-t-il des « raisons » de la relancer il y a quelques semaines, à un mois de la présidentielle ! Quelle coïncidence !... L’affaire Bettencourt qui fait l’objet d’une enquête depuis plus d’un an, a, curieusement elle aussi, connu de nouveaux développements mettant en cause indirectement et de manière obscure (sans le moindre début de preuve). Nicolas Sarkozy ! A 25 jours de la présidentielle ! Encore une fâcheuse coïncidence…  Et puis Média part, relance à 15 jours du 1er tour, la pseudo-affaire  de l’appartement de Sarkozy, qui avait déjà fait Flop en 2007, mais qu’ils essaient de recycler… Comme on le voit, les socialistes trouvent toujours le moyen, par l’entremise de magistrats et de journalistes proches, de « sortir » des affaires, à défaut d’arguments ! Soyons certains que d’ici le 6 mai, leurs amis du Monde, du Nouvel Obs, de Marianne,  ou du « Canard, nous gratifieront de nouvelles « révélations » tout aussi burlesques …C’est leur manière de faire de la politique !

 

5-      Bayrou Premier ministre de Nicolas Sarkozy ? Pourquoi pas ? Ce ne serait pas illogique, et des personnalités comme Raffarin ou Valérie Pécresse l’envisagent publiquement. Sarkozy n’exclut rien, rappelle qu’il est favorable à l’ouverture et précise qu’il n’est pas obligatoire que le Président et son Premier ministre appartiennent au même parti. François Bayrou, quant à lui,  ne s’est pas écrié « jamais » « jamais »…Intéressant…

 

6-      Alors que Hollande s’adresse essentiellement au « peuple de gauche » et gouvernerait s’il était élu avec un gouvernement refermé sur la seule gauche, Nicolas Sarkozy s’adresse aux Français et formera, plus encore qu’en 2007, un gouvernement de large ouverture et d’union.

 

7-      La montée de Mélenchon dans les sondages complique la stratégie du socialiste Hollande. Pour contrer cette ascension, il est contraint de « gauchir » -  en se gardant toujours de la moindre précision – son discours et d’attaquer Nicolas Sarkozy encore plus brutalement et de manière plus agressive, qu’il ne le faisait jusqu’alors ! Ce qui devrait éloigner de lui les centristes et les « électeurs » raisonnables !

 

8-      Les électeurs potentiels de Mélenchon,  sont très opposés à la personne même de Hollande, représentant parfait de cette gauche à la fois  « caviar et bobo » qu’ils détestent, et à son projet flou et mou. Ils se reporteront certainement moins bien qu’on ne le croit aujourd’hui sur le candidat socialiste.

  

9-      L’élection décisive, dans la constitution de la Vème république, est clairement l’élection législative. Quel que soit le Président élu, quel que soit son projet,  il ne pourra pas appliquer un programme que sa majorité refuserait. Or, si Hollande était élu et si la gauche remportait les législatives,  il devrait s’accommoder d’une « majorité » fortement composée de communistes, de partisans de Mélenchon,  de verts (60 circonscriptions leur ont été cédées), de socialistes radicaux tendance B. Hamon, Montebourg ou Emmanuelli…  En position de force, ceux-ci, appuyés par les syndicats qui, ayant favorisé publiquement l’élection de Hollande demanderont d’être « payés » en retour,  exigeront l’application de leur politique, celle de la dépense publique, de l’embauche de fonctionnaires et de laxisme vis-à-vis de l’immigration ! Et Hollande n’aurait aucun moyen de s’y opposer.  Il faut le savoir, avant de voter.

 

10-  Les socialistes et le quotidien « Le Monde », avaient, à de multiples reprises, annoncé  inatteignables et mensongers les objectifs de croissance et de réduction des déficits que le gouvernement avait fixé pour 2011. Résultat, l’objectif de croissance (1,7%) est atteint, et, pour le déficit, le gouvernement fait nettement mieux que prévu 5, 2% contre une prévision de  5,7%!

 

11-  Le programme présenté par Hollande (pour un an seulement !) reste imprécis, mais est clairement basé sur la dépense publique et l’absence de réformes. En fait, ce programme  est hésitant sur l’Europe, laxiste sur la sécurité et les déficits, irréaliste sur la fiscalité, irresponsable sur le nucléaire et flou sur le reste…

12-  Alors que les médias font tout pour leur cacher l'importance de l'enjeu, si  les Français prennent conscience qu'il s'agit d'élire un PRESIDENT, un Président capable de prendre des décisions,  d'affronter la crise et les défis de la mondialisation, et non  un politicien de niveau régional qui veut sourire et  plaire à tout le monde,  alors, ils voteront -largement- pour Nicolas Sarkozy.

 

 Marc d’Héré