Par Jean-François Copé...

La campagne présidentielle a été un moment intense de mobilisation et de ferveur autour de Nicolas Sarkozy, même si malheureusement elle ne nous a pas permis de l’emporter. Mais souvenons-nous que les sondages donnaient plus de 20 points d’avance à François Hollande. Finalement un point et demi nous sépare de la victoire.

Tout cela est dû à l’énergie formidable de Nicolas Sarkozy –un Président exceptionnel, injustement caricaturé par le petit monde des médias mais auquel l’Histoire rendra justice- et aussi à la mobilisation extraordinaire dont vous avez fait preuve. Nous n’oublierons jamais les images du peuple de France rassemblé à Villepinte, à la Concorde, au Trocadéro dans une marée de drapeaux bleu-blanc-rouge. Vous avez été les premiers acteurs de cette campagne inoubliable et je veux vous dire un grand merci !

Le combat est loin d’être terminé. L’heure reste au rassemblement et à la mobilisation générale. Les résultats de la présidentielle nous prouvent que nous avons nos chances de l’emporter aux élections législatives. Ces élections seront cruciales. Si la nouvelle gauche plurielle, socialiste-communiste-verte, gagne, elle aura tous les pouvoirs : la Présidence de la République, le Gouvernement, l’Assemblée nationale, le Sénat, la majorité des grandes villes, des régions, des départements... Ces élections législatives des 10 et 17 juin prochains sont donc la dernière possibilité d’empêcher François Hollande d’appliquer sa politique qui risquerait de précipiter notre pays dans une situation économique analogue à celle de la Grèce ou de l’Espagne.

Les Français doivent prendre conscience que le projet de François Hollande est dangereux pour l’avenir de la France et des Français sur au moins 6 points :

1/ La dette : renoncement à la règle d’or budgétaire, embauche de 65 000 fonctionnaires, retour à la retraite à 60 ans ; rien dans le projet de François Hollande ne permettrait à la France d’éviter à terme la faillite. A l’inverse, nous nous engageons à réduire les dépenses publiques et à revenir à l’équilibre budgétaire en 2016 pour ne pas dépendre des marchés financiers.

2/ le matraquage fiscal des classes moyennes, des salariés et des PME : limitation du quotient familial, rétablissement des droits de succession, suppression de l’exonération des heures supplémentaires, augmentation des cotisations des salariés et des professions libérales ; le pouvoir d’achat serait le premier perdant de l’application du projet socialiste. Nous préférons conserver notre politique familiale et baisser les cotisations des salariés pour augmenter les salaires nets.

3/ L’emploi : augmentation des allocations sociales sans contrepartie, augmentation des cotisations salariales et patronales ; la gauche refuse de s’attaquer à la question de l’érosion de notre compétitivité, cela se traduirait par une explosion des délocalisations. Nous voulons au contraire diminuer le coût du travail pour 14 millions de salariés et soutenir nos PME afin de protéger nos emplois et de produire en France. Nous ferons en sorte que le travail paye toujours plus que l’assistanat.

4/ Le communautarisme : en donnant le droit de vote des étrangers, en régularisant massivement les clandestins, la gauche menacerait notre cohésion nationale. Nous refusons de donner le droit de vote aux étrangers car le droit de vote doit rester indissociable de la nationalité. En outre, pour réussir l’intégration nous voulons réduire l’immigration.

5/ Le laxisme : suppression des peines-plancher pour les récidivistes et de la rétention de sûreté pour les criminels les plus dangereux, libération d’un délinquant pour en incarcérer un autre ; la gauche préfère la culture de l’excuse à la protection des victimes. Nous assumons le choix de la fermeté pour préserver la sécurité, première des libertés : nous renforcerons les sanctions contre les récidivistes et construirons 24 000 places de prison afin que toute peine prononcée soit effectivement appliquée.

6/ la perte de souveraineté : l’anéantissement de notre industrie nucléaire prévu dans le cadre de l’accord entre les Verts et le PS menace notre indépendance énergétique. Nous ne braderons jamais les fondamentaux de la souveraineté de la France pour des raisons électoralistes.

Pour faire barrage à la gauche, notre famille politique est totalement rassemblée. Face à une gauche archaïque et dangereuse, face à un FN qui a toujours fait le choix de la politique du pire, en juin, ensemble, choisissons la France, soutenons les candidats UMP !

Jean-François Copé

Remarque: Soutenons les candidats UMP dit JF Copé, c'est naturel, je dirais que le vote peut aussi se porter sur des candidats Nouveau Centre ou Radical...L'essentiel étant d'assurer l'élection d'un maximum de députés de l'UNION UMP/CENTRE.

marc d'Héré